AccueilInfosOn en parle

28 avril 2009.

Asie centrale : échec du sommet régional sur l’eau

À Almaty, principale ville du Kazakhstan, un sommet d’une journée (...)

À Almaty, principale ville du Kazakhstan, un sommet d’une journée réunissant les présidents des cinq républiques d’Asie centrale pour tenter de résoudre leurs différends sur les ressources hydrauliques de la région, s’est soldé par un échec, hormis une vague déclaration commune sur la mer d’Aral.

La répartition de l’eau en Asie centrale, l’une des régions les plus arides du monde, représente en effet un enjeu vital pour ses cinq pays qui se répartissent en deux camps : en amont, le Tadjikistan et le Kirghizstan, pays de montagnes à faibles revenus dont la seule vraie richesse est précisément le potentiel hydraulique (80% des ressources en eau de la région) ; en aval, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, nations désertiques mais riches en cultures cotonnières (grandes consommatrices d’eau) et en hydrocarbures.

Les premiers cherchent depuis des années à développer leurs capacités hydroélectriques mais les moyens leur font défaut. Les seconds s’opposent à l’aménagement de tels barrages qui les priveraient des grandes quantités d’eau dont ils ont besoin pour leurs champs de coton. Avec, pour toile de fond, la catastrophe écologique de la Mer d’Aral, dont le rétrécissement spectaculaire est précisément dû aux excès des pratiques d’irrigation qui la privaient d’apports suffisants en eau.

Jadis, du temps de l’empire soviétique, la répartition des ressources en eau était directement planifiée à Moscou qui avait mis en place un système régional régulant les fournitures réciproques en eau et en énergie électrique. Mais ce système s’est effondré en même temps que l’Union soviétique et les cinq pays devenus indépendants n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur de nouvelles modalités de partage des eaux. Au contraire, les conflits n’ont fait que se durcir en raison des changements climatiques caractérisés par des hivers de plus en plus rigoureux et par des inondations autant que des sécheresses calamiteuses.

Les pays d’amont auraient voulu que le sommet d’Almaty, officiellement convoqué pour traiter des problématiques de la Mer d’Aral, aborde également les questions de la répartition transfrontalière de l’eau. Il en va d’ailleurs de la stabilité politique de la région comme de son développement économique et social. De plus les dirigeants des cinq États ne se rencontrent que très rarement. Apparemment leurs désaccords restent entiers et ne sont pas de bon augure pour les 58 millions d’habitants de la région. (Source : agences)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information