AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

27 octobre 2009.

Amnesty condamne les discriminations israéliennes dans l’accès à l’eau

Amnesty International, l’organisation de défense des droits humains (...)

Amnesty International, l’organisation de défense des droits humains basée à Londres, exige qu’Israël mette un terme à sa politique de discrimination par l’eau et lève toutes les restrictions d’accès à l’eau pour la population palestinienne.

Dans un rapport intitulé ‘Troubled waters.Palestinians denied fair access to water’, Amnesty International reproche à l’État israélien de refuser à la population des territoires palestiniens occupés un accès adéquat à l’eau.

Selon Donatella Rovera, collaboratrice de l’organisation qui suit plus particulièrement la situation en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, « Israël permet aux Palestiniens d’utiliser une faible quantité des ressources communes en eau, qui se trouvent principalement en Cisjordanie occupée, alors que les colonies israéliennes illégales de la région bénéficient d’un approvisionnement quasi illimité. Dans la bande de Gaza, le blocus israélien n’a fait qu’aggraver une situation déjà catastrophique ».

Pour appuyer son réquisitoire, Amnesty cite toute une série de faits, entre autres :

  • Tandis que la consommation d’eau des Palestiniens s’élève à peine à 70 litres par personne et par jour, celle des Israéliens dépasse 300 litres par jour, soit quatre fois plus.
  • Israël utilise plus de 80 % de l’eau provenant de l’aquifère de montagne. Or, il s’agit de l’unique source d’eau pour les Palestiniens en Cisjordanie, alors qu’Israël dispose de plusieurs sources d’approvisionnement et utilise toute l’eau disponible du Jourdain.
  • Dans la bande de Gaza, l’aquifère côtier, unique source d’eau, est contaminé à 90 à 95 % et impropre à la consommation. Les restrictions sévères imposées par Israël à l’entrée de matériel et d’équipement nécessaires à l’extension et à la réparation des infrastructures ont accéléré la dégradation des réseaux d’eau et d’assainissement, désormais en situation de crise.
  • Alors que dans les colonies (établies illégalement), Israël irrigue les champs à l’aide d’installations d’arrosage et entretient de luxurieux jardins et piscines, près de 200’000 Palestiniens n’ont pas d’accès à l’eau courante.
  • L’armée israélienne a régulièrement détruit les citernes et les systèmes d’irrigation dans les villages palestiniens, et elle n’autorise même pas la population à récupérer l’eau de pluie.

« L’eau est un besoin élémentaire et un droit, commente Donatella Rovera, et Israël doit mettre un terme à ses politiques discriminatoires, lever immédiatement toutes les restrictions imposées aux Palestiniens en termes d’accès à l’eau et s’attacher à remédier aux problèmes qu’il a engendrés, en privilégiant une utilisation équitable des ressources communes en eau. »

(Source : Amnesty International)

- Le rapport ’Troubled waters.Palestinians denied fair access to water’ est disponible (en anglais seulement) sur le site amnesty.org.uk


Réfutations israéliennes

Le ministère israélien des Affaires étrangères, dans un communiqué cité notamment par le ‘Jerusalem Post’, a réfuté les accusations portées par Amnesty International. Conformément aux accords existants, 23,6 millions de mètres cubes d’eau seraient chaque année alloués aux Palestiniens, mais « ils ont en fait accès à deux fois plus d’eau ».

L’État d’Israël, explique-t-on, « a largement dépassé la quantité obligatoire » d’eau qu’il doit fournir, tandis que les Palestiniens ont quant à eux « gravement enfreint leurs engagements », notamment en négligeant de construire des stations d’épuration pour lesquelles ils auraient reçu des financements étrangers et en forant plus de 250 puits non autorisés. Selon le ministère des Affaires étrangères, les Palestiniens, pour des motifs d’ordre politique, auraient également refusé des propositions israéliennes de fourniture d’eau dessalée.




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information