AccueilInfosOn en parle

1er juin 2010.

Amnesty International fait campagne pour l’eau équitable en Palestine

En octobre 2009, Amnesty International avait alerté l’opinion (...)

En octobre 2009, Amnesty International avait alerté l’opinion publique sur le partage inéquitable de l’eau dans les territoires occupés par Israël. Mais, sur place, ce rapport n’a guère modifié la donne. La section suisse de cette organisation de défense des droits humains a donc décidé de se mobiliser en lançant une double action : par la signature en ligne de revendications pour le droit à l’eau en Palestine et par l’envoi, à l’ambassade israélienne à Berne, de bouteilles munies du label "Soif de justice". En octobre 2010, Amnesty remettra les pétitions dûment signées aux autorités israéliennes, à l’Autorité palestinienne et au gouvernement suisse.

Le message délivré l’automne dernier par Amnesty International était on ne peut plus clair : Israël doit mettre un terme à sa politique de discrimination par l’eau et lever toutes les restrictions d’accès à l’eau pour la population palestinienne (lire l’information aqueduc.info sur le rapport de 2009).

L’analyse de la situation par l’organisation basée à Londres tient en quelques lignes : dans la bande de Gaza, le blocus rend impossible la remise en état du système d’approvisionnement en eau détruit pendant la guerre. En Cisjordanie, les 450’000 colons israéliens utilisent à eux seuls plus d’eau que les 2,3 millions de Palestiniens. Et ce problème résulte principalement de la politique et des pratiques discriminatoires de l’armée israélienne qui contrôle l’accès à l’eau.

Dans son "action en ligne", la section suisse d’Amnesty invite ses membres et sympathisants à demander notamment au gouvernement israélien de lever le blocus de la bande de Gaza, de permettre sans délai aux Palestiniens d’utiliser une part équitable des ressources en eau et de mettre immédiatement un terme à la destruction des infrastructures d’approvisionnement, de stockage et de distribution de l’eau.

Cette pétition s’adresse également à l’Autorité palestinienne de l’eau pour qu’elle prenne les mesures nécessaires pour réduire le niveau inacceptable des pertes d’eau, et au gouvernement suisse, dépositaire des Conventions de Genève, pour qu’il fasse pression sur les autorités israéliennes en vue du respect du droit international humanitaire.

JPEG - 4.5 ko

Pour donner de la visibilité à son action "Soif de justice", Amnesty International a produit des étiquettes spéciales présentant ses principales revendications et destinées à être collées, dûment signées, sur des bouteilles en plastique vides et de les envoyer ensuite à l’ambassade israélienne.

> En savoir plus sur cette action "Soif de justice"




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information