AccueilInfosOn en parle

16 janvier 2006.

Alger confie sa gestion déléguée de l’eau à Suez

Avec quelques semaines de retard sur le calendrier prévu, la (...)

Avec quelques semaines de retard sur le calendrier prévu, la première opération de privatisation dans la gestion de la distribution de l’eau en Algérie vient d’être entérinée par le Conseil des ministres qui a donné son aval à l’accord passé entre Suez Environnement et le binôme Algérienne des eaux (ADE)-Office national de l’assainissement (ONA).

Ce feu vert ouvre la voie à l’entrée du privé étranger dans la gestion du secteur de l’eau en Algérie. C’est un effet immédiat de la nouvelle loi sur l’eau qui prévoit un mécanisme de base, la concession, octroyée par l’Etat aux personnes morales de droit public, et un mécanisme complémentaire, la délégation de service public, contractuellement, par l’Etat ou les concessionnaires, à des opérateurs publics ou privés, y compris étranger, puisque le droit des affaires dans notre pays ne fait plus la distinction entre privé national et étranger.

On sait que l’Algérie exclut la privatisation du service public de l’eau, c’est à dire la cession pure et simple des actifs au secteur privé. Le contrat, « de gré à gré », d’un montant de 120 millions de dollars, entre Suez et ses partenaires algériens porte sur la gestion déléguée pour une durée de cinq ans et, de la distribution de l’eau et de l’assainissement à Alger sur la base des prescriptions d’un cahier des charges qui comprend la réhabilitation du réseau et la distribution H24 de l’eau dans la wilaya.

Suez bénéficiera des nouvelles conditions créées par un engagement plus grand de l’Etat dans le secteur de l’eau. Depuis 2002, tous les efforts sont faits pour qu’à l’horizon 2008, Alger soit totalement sécurisée pour ce qui est des réserves d’eau disponibles. Quant aux investissements publics prévus pour la modernisation progressive des services de l’eau et de l’assainissement à Alger, ils sont estimés à 200 millions d’euros par an. L’Etat projette d’étendre la formule de la gestion déléguée de la distribution de l’eau à 11 villes algériennes, selon les résultats de l’expérience réalisée avec Suez. (Source : La Nouvelle République, Alger)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information