AccueilInfosArrêts sur infos

2 février 2022.

« Agir pour les zones humides, c’est agir pour l’humanité et la nature »

Journée mondiale des zones humides 2022

Avec ce slogan, la Journée mondiale des zones humides, célébrée chaque 2 février depuis 1997, insistait cette année sur l’importance d’investir davantage, en capital financier aussi bien qu’en capital humain et politique, pour conserver ces espaces d’une importance primordiale pour la nature et pour les humains. Il importe d’agir rapidement en faveur des zones humides, d’enrayer leur disparition, de les conserver et de les restaurer. Il y va du bien-être humain, de moyens de subsistance des populations et de la santé de la planète.

Les zones humides sont des écosystèmes d’une importance cruciale : elles contribuent en particulier à la biodiversité, à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique, à l’approvisionnement en eau douce, aux économies mondiales. Mais à l’échelle de la planète et depuis le 18e siècle, près de 90% de ces zones humides ont été dégradées, un tiers d’entre elles ont disparu depuis 1970. Elles disparaissent trois fois plus vite que les forêts et nombre d’espèces végétales et animales qui en dépendent sont menacées d’extinction.

La disparition des zones humides affecte aussi bien les populations que la planète : elles sont la principale, pour ne pas dire l’unique et seule source d’approvisionnement en eau douce et elles contribuent fortement à améliorer sa qualité. 40% des espèces de plantes et d’animaux de la planète y vivent ou s’y reproduisent. Les zones humides forment des boucliers naturels en absorbant les eaux de crues et en retardant l’apparition des sécheresses. Elles aident à faire face au changement climatique, en stockant par exemple d’importantes quantités de carbone.

Si l’on veut parvenir à une utilisation durable des zones humides, il faut s’attaquer aux causes profondes qui en expliquent la dégradation et la disparition et qui sont souvent dues à des interventions humaines, à savoir, entre autres : l’assèchement et le remblaiement à des fins d’agriculture ou de construction, la pollution, la surpêche et la surexploitation des ressources en eau, les espèces envahissantes et le changement climatique.

JPEG - 93.2 ko
Zone humide recréée en Californie (USA) dans un espace agricole précédemment cultivé
et principalement destinée à l’hébergement d’oiseaux aquatiques migrateurs
(Photo Bruce Barnett / Flickr / Water Alternatives)

Trois mesures pour inverser
le déclin des zones humides

Le principal message de la Journée 2022 est de « valoriser, gérer, restaurer et aimer les zones humides » puisqu’il importe aussi de susciter une plus grande empathie envers ces écosystèmes en voie de disparition.

- Valoriser les zones humides - y compris dans les décisions politiques – c’est reconnaître la multitude d’avantages économiques, socioculturels et environnementaux et de biens et services qu’elles offrent et qui font appel à des solutions fondées sur la nature.
- Gérer les zones humides de manière rationnelle et préserver durablement la santé de ces écosystèmes est d’une importance cruciale : cela nécessite différentes mesures qui vont de l’adoption de nouvelles législations à l’élaboration de plans de gestion en passant notamment par la recherche scientifique et la sensibilisation du public.
- Restaurer les zones humides détruites ou dégradées implique de mieux comprendre les systèmes hydrologiques et si besoin est de les réhabiliter, de réintroduire des espèces végétales et animales adaptées à ces milieux aquatiques particuliers, de lutter contre toutes sortes de pollutions et de mettre en place des systèmes de surveillance.

- Voir le site de la Journée mondiale des zones humides : worldwetlandsday.org
d’où sont extraites les principales informations de cet article.
- Voir la présentation powerpoint de cette Journée 2022




Infos complémentaires

Les zones humides couvrent environ
3% de la surface terrestre

Il peut s’agir aussi bien d’écosystèmes d’eau douce, que d’écosystèmes marins et côtiers, naturels ou artificiels.
- Zones humides d’eau douce : cours d’eau, lacs, étangs, plaines d’inondation, tourbières, marais et marécages.
- Zones humides marines et côtières : estuaires, vasières, marais salés, mangroves, lagons, récifs coralliens et récifs de coquillages.
- Zones humides artificielles : étangs d’aquaculture, rizières, retenues, marais salants.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Mon pays natal ...

    “Je ne peux pas penser à mon enfance sans penser à l’eau. Mon pays natal c’est une patrie d’eaux. Celle des lacs, des torrents qui descendaient de la montagne, celle des rizières, celle terreuse des rivières de la plaine dans lesquelles on s’abritait pendant les orages.” (Marguerite Duras, “La vie matérielle”, 1987)

Glossaire

  • Sublimation

    Passage d’un corps solide à l’état gazeux sans passer par une phase liquide. En hiver et sous certaines conditions atmosphé-riques (par temps sec et froid par ex.), la glace et la neige peuvent ainsi se transformer lentement mais directement en vapeur d’eau sans avoir préalablement fondu. Le phénomène inverse, c’est-à-dire le passage direct de l’état gazeux à l’état solide (comme la transformation immédiate de la vapeur d’eau en glace sous forme de givre ou de cristaux) a pour noms : sublimation inverse, condensation solide ou déposition.


Contact Lettre d'information