AccueilInfosOn en parle

21 décembre 2018.

À Lyon, quatre hydroliennes fluviales installées sur le Rhône

C’est sur le Rhône et au cœur de la métropole lyonnaise, plus (...)

C’est sur le Rhône et au cœur de la métropole lyonnaise, plus précisément à Caluire-et-Cuire, qu’a été inaugurée le 21 décembre 2018, la toute première batterie d’hydroliennes fluviales. "Ce projet, inédit en France et dans le monde, marque le démarrage d’une nouvelle filière industrielle d’avenir : l’hydrolien fluvial", disent ses promoteurs.

JPEG - 193.8 ko
Le parc hydrolien lyonnais est amarré dans le lit du Rhône en amont de la ville de Lyon,
à hauteur des parcs de Saint Clair et de la Feyssine (Photo © HydroQuest)

L’initiative de cette installation inédite est le fait de trois partenaires, à savoir : Voies navigables de France, et les deux sociétés Hydroquest et Hydrowatt. C’est-à-dire : l’établissement public français chargé de gérer l’essentiel du réseau des voies navigables de l’Hexagone ; une société grenobloise qui depuis une dizaine d’années conçoit, développe, fabrique et installe des fermes d’hydroliennes à travers le monde ; et une filiale hydroélectrique du groupe énergétique lyonnais UNITe qui exploitera l’installation. [1]

Cette technologie verte, HydroQuest l’a testée durant plusieurs années sur la Loire à Orléans. Selon ses concepteurs, elle repose sur l’exploitation la meilleure possible de l’énergie d’un cours d’eau sans nuisance ni pollution, sans émission de gaz à effet de serre, et avec un minumum de perturbation du paysage car le dispositif est immergé. Une fois les turbines installées, les coûts d’exploitation et de main-d’œuvre sont minimes. Et l’énergie produite est d’un faible coût dès que l’investissement de départ est amorti.

Construites à Cherbourg puis assemblées dans le Port de Lyon, les quatre hydroliennes ont été amarrées dans une zone du Rhône lyonnais fermée à la navigation et où la vitesse du courant est idéale pour la production d’électricité au fil de l’eau. Elles sont supportées par des barges faciles d’accès pour les travaux de maintenance.

Ce parc hydrolien offre une puissance installée de 320 kilowatts pour une production annuelle d’environ un million de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 500 ménages (hors chauffage). L’investissement de départ consenti par les initiateurs du projet se monte à 1,7 million d’euros et l’installation bénéficie d’une autorisation d’occupation temporaire de ce site du domaine public fluvial pour une durée de 18 ans. (Sources : VNF, HydroQuest, Hydrowatt)




Notes

[1Sites web des partenaires du projet :
-  Voies navigables de France,
-  Hydroquest,
-  Hydrowatt.

Infos complémentaires

Hydrolienne

Turbine hydraulique mise en mouvement par un courant d’eau fluvial ou marin (marée) permettant de transformer son énergie cinétique en énergie mécanique puis électrique par le biais d’un alternateur. Installée sous la surface de l’eau ou posée dans le lit d’un cours d’eau ou sur un fonds marin, l’hydrolienne offre un potentiel énergétique supérieur à celui d’une éolienne.

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information