AccueilInfosOn en parle

26 novembre 2019.

À Genève, un front commun de 14 ONG pour la nature et le paysage

Quatorze ONG de protection de l’environnement actives à Genève au (...)

Quatorze ONG de protection de l’environnement actives à Genève au niveau cantonal, voire régional, ont diffusé un Manifeste commun rappelant l’importance du défi que représente la conservation des richesses naturelles et paysagères et comportant 21 mesures prioritaires dont elles proposent une rapide mise en œuvre. Ces actions de terrain sont réparties en quatre trames correspondant à des milieux écologiques typiques, entre autres une trame bleue relative aux milieux humides et aquatiques. [1]

Protéger et valoriser les cours d’eau, le lac et les zones humides, des milieux souvent malmenés par l’homme ou tributaires des changements environnementaux : tel est l’objectif des quatre mesures proposées dans la trame bleue de ce Manifeste de la Plateforme Nature et Paysage Genève (PNPGE). À savoir :

- Garantir de l’eau en suffisance et de qualité : les cours d’eau genevois subissent de plus en plus d’étiages sévères dus notamment au réchauffement climatique, à l’imperméabilisation des sols, au drainage des milieux agricoles et à la raréfaction des précipitations. La qualité de l’eau des cours d’eau et du lac est également très impactée par les activités humaines et certains rejets polluants. L’addition de ces différents facteurs compromet la survie de nombreuses espèces aquatiques déjà fragilisées ainsi que les fonctions écologiques fondamentales de ces milieux.

Vu que de nombreuses rivières genevoises prennent leur source en territoire français, il importe, entre autres, de renforcer la collaboration transfrontalière pour diminuer les captages des eaux de source et garantir des débits minimaux dans les cours d’eau ; de favoriser l’exploitation des nappes phréatiques et du Léman dans la mesure de leurs capacités ; et d’assurer une diminution drastique des sources de pollutions chroniques.

- Améliorer les fonctions écologiques du Rhône en mettant fin aux éclusées : ce fleuve est un milieu naturel central pour de nombreuses espèces aquatiques et riveraines du canton de Genève. Mais ce corridor naturel est actuellement très impacté par la présence des barrages hydroélectriques et par les variations journalières du niveau d’eau causées par les éclusées. Celles-ci devraient être stoppées, au profit d’une gestion hydroélectrique au fil de l’eau, plus appropriée.

- Renforcer la renaturation des cours d’eau et des rives du lac : en une vingtaine d’années, le canton de Genève a entrepris d’importants projets de renaturation des cours d’eau. Mais il reste encore beaucoup à faire pour améliorer les conditions écologiques des grands et petits cours d’eau ainsi que les berges du lac souvent banalisées ou bétonnées et sans grande valeur biologique. Le Manifeste préconise une accélération des projets de renaturation en fonction des enjeux prioritaires que sont la qualité des eaux, leur quantité, les remises à ciel ouvert, le renforcement des zones tampons et la dynamisation des zones de transition (écotones) entre milieux aquatiques et terrestres.

- Développer un réseau de zones humides : celles-ci, dans leur grande majorité, ont disparu des paysages suisses et genevois. Des efforts sont certes menés pour lutter contre ce phénomène, mais pour éviter le déclin des espèces animales et végétales liées à ces milieux rares, il est nécessaire non seulement de réaliser de nouvelles zones, mais aussi de reconnecter celles qui existent encore, d’aménager des espaces relais et de réduire les obstacles aux déplacements. (Source : PNPGE)



Notes

[1Les mesures de terrain préconisées par le Manifeste de cette nouvelle Plateforme Nature et Paysage Genève (PNPGE) sont présentées en quatre trames définissant les milieux typiques que les espèces utilisent en fonction de leurs besoins pour vivre et se déplacer :
- la trame bleue, constituée des milieux humides et aquatiques,
- La trame noire, définie par zones obscures
indispensables aux espèces nocturnes,
- La trame jaune, représentée par les milieux ouverts,
en zones agricoles notamment,
- La trame verte, formée par la végétation moyenne et haute.

Ce Manifeste est disponible sur le site web de la Plateforme Nature et Paysage Genève (PNPGE) en version complète ou en version courte.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information