AccueilInfosOn en parle

28 janvier 2009.

3e correction du Rhône : coup d’envoi en Valais

En Valais, les travaux de la 3e correction du Rhône - véritable (...)

En Valais, les travaux de la 3e correction du Rhône - véritable chantier du siècle - ont enfin commencé. Il s’agit, dans un premier temps, de sécuriser prioritairement un tronçon de huit kilomètres entre les localités de Brigerbad et de Baltschieder, ce qui inclut la protection du site industriel à Viège et une zone d’habitat relativement dense. Cette tranche initiale devrait durer huit ans et coûter quelque 120 millions de francs (l’ensemble du projet porte sur environ un milliard et demi de francs suisses sur une durée de quelque trente années).

JPEG - 8.4 ko
La région de Viège vue depuis Eggerberg (photo Projet Rhône)

Le secteur de Viège est particulièrement menacé par les excès du Rhône. En cas de crue centennale – plus violente que celle d’octobre 2000 – plus de 600 hectares de terrain pourraient être inondés, dont 250 hectares avec des hauteurs d’eau supérieures à deux mètres et des vitesses de courant très élevées. Les flots pourraient alors endommager de nombreuses habitations. Ils occasionneraient aussi de très gros dégâts au site industriel de l’entreprise chimique multinationale Lonza-DSM et privant de travail des milliers de personnes. Les dégâts potentiels ont été estimés à plus de 2 milliards de francs, sans compter les possibles pertes humaines et atteintes à l’environnement.

Ces travaux apporteront une solution partielle au problème récurrent de la traversée de Viège par le trafic routier. Provisoirement, et jusqu’à l’achèvement de l’autoroute, une route de desserte et de liaison servira à délester la ville d’une partie de ce trafic. (Information État du Valais – Projet Rhône)

Dossiers de la 3e correction du Rhône sur le site de l’État du Valais




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information