AccueilInfosOn en parle

19 octobre 2009.

330’000 Chinois déplacés à cause du projet hydraulique sud-nord

Quelque 330’000 habitants des provinces du Hubei et du Henan, au (...)

Quelque 330’000 habitants des provinces du Hubei et du Henan, au centre de la Chine, doivent être déplacés en raison de l’immense chantier hydraulique destiné à alimenter en eau des villes du nord. L’agence officielle Xinhua a annoncé que les autorités régionales ont entamé les opérations de leur relogement.

Le projet de canal Sud-Nord, qui pourrait se révéler plus coûteux que la construction du barrage des Trois Gorges, consiste à détourner de l’eau des régions du sud, de l’ouest et du centre de la Chine pour alimenter Pékin et d’autres grandes villes du nord du pays. Concrètement : il s’agit d’aménager un réseau reliant entre eux les fleuves Yangtsé, Huaihe et Fleuve Jaune.

L’ensemble des ouvrages se répartit sur trois branches. La construction de la branche centrale, qui devrait être achevée vers 2014 et qui fournira environ un quart de l’alimentation en eau de la capitale chinoise, implique le déplacement des habitants de la zone de détournement du Yangtsé et du barrage de Danjiangkou.

Selon l’agence de presse chinoise, le programme de relogement devrait être terminé en 2011. Il est prévu que chaque famille reçoive des compensations pour pertes de biens immobiliers, l’allocation de terres arables dans leurs nouveaux villages et une rente annuelle de 600 yuans (59 euros) par personne pendant 20 ans. Mais, il y a quelques mois, des informations avaient fait état de pressions exercées par les autorités et de nouvelles surfaces de terrains inférieures à celles cultivées par les agriculteurs avant leur déplacement. (Source : agences)




Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information