Accueil

Bloc-Notes

Informations en bref et en vrac


Informations en bref et en vrac


85
Aug 15

Histoires d’eau bénite

Au chapitre des faits divers relevés dans la presse française de l’été, plusieurs bénitiers – ces petits bassins qui à l’entrée des églises catholiques contiennent de l’eau bénite avec laquelle les fidèles se signent le front - ont fait parler d’eux. À Nice, le curé d’une église de la vieille ville a décidé de priver ses fidèles d’eau bénite durant tout l’été, pour motif qu’il manquait de personnel pour s’occuper du bénitier et qu’il craignait donc, compte tenu de la chaleur, "la prolifération de moustiques tigres", vecteurs de maladies. À Château-Chalon, dans le département du Jura, des plaisantins ont remplacé l’eau des deux bénitiers de l’église par de l’eau-de-vie, à la grande surprise des touristes. Et à Notre-Dame de Paris, la rumeur a couru pendant quelques heures à la mi-août, que l’eau bénite aurait pu être empoisonnée. La police n’ayant relevé aucune trace de poison dans les bénitiers, il n’est pas impossible cependant que des "potaches" y aient déposé des boules puantes, incommodant plusieurs personnes. L’alerte a donc vite été levée, et les bénitiers nettoyés à l’eau de javel.


Jul 31

France : le transfert de la compétence eau aux intercommunalités obligatoire mais assoupli

Les députés français ont définitivement entériné le caractère obligatoire du transfert de la compétence "Eau et assainissement" aux communautés de communes. Ils ont toutefois accepté d’assouplir sa mise en œuvre en repoussant son échéance de 2020 à 2026. Selon la loi de 2015 sur l’organisation territoriale de la République, ce transfert de compétence aux intercommunalités est obligatoire, mais cette obligation était contestée à la fois par le Sénat, qui voulait la rendre optionnelle, et par de nombreux élus locaux, notamment en milieu rural, qui y voient une contradiction avec les principes de décentralisation. Selon la loi adoptée par l’Assemblée nationale, les communes pourront s’opposer au transfert de compétences à condition que 25% d’entre elles représentant au moins 20% de la population en décident ainsi. "En ce cas, le transfert de compétences prend effet le 1er janvier 2026."


Jul 30

Une école universitaire de recherche sur l’eau voit le jour à Lyon

Dès septembre 2018, l’Université de Lyon hébergera une École universitaire de recherche des sciences de l’eau et des hydrosystèmes. Ce projet – baptisé H2O’Lyon – devrait fédérer plus de 250 chercheurs et enseignants-chercheurs de dix établissements d’enseignement supérieur et de trois organismes de recherche. Son ambition est de former des cadres de haut niveau dans des thématiques liées à l’eau en intégrant de manière interdisciplinaire les sciences humaines et sociales, les sciences physiques et d’ingénierie et les sciences de la vie. Il vise aussi à renforcer les partenariats avec les collectivités territoriales, les établissements publics et les entreprises privées. Cette innovation lyonnaise s’inscrit dans le contexte français des projets d’Écoles universitaires de recherche destinés à offrir à chaque site universitaire l’opportunité de renforcer l’impact et l’attractivité internationale de ses activités de recherche et de formation. 29 projets ont jusqu’à présent été sélectionnés dans divers domaines scientifiques et bénéficieront de soutiens financiers allant de 4 à 16 millions d’euros.


Jul 28

Vidange record du lac des Faverges

C’est un événement que les habitants de la Lenk, dans l’Oberland bernois, redoutent désormais chaque été lorsque le lac des Faverges, situé sur le glacier de la Plaine Morte, libère soudainement ses eaux dans la Simme. Alimenté par une fonte des glaces de plus en plus marquée par le réchauffement climatique, le lac voit alors son volume monter régulièrement et rapidement jusqu’au moment où il se vide brusquement par un chenal formé naturellement sous le glacier. Le vendredi 27 juillet 2018, l’alarme a été donnée par les installations de surveillance, un restaurant et un camping ont été évacués de façon préventive. En quelques heures, ce sont quelques 2 millions de mètres cubes d’eau qui se sont déversés dans la vallée et la station de mesures de la Lenk a enregistré un débit record de 94,5 m3 par seconde. Par comparaison, le débit moyen normal de la Simme à cet endroit durant les mois d’été est d’environ 5 à 6 m3 et le précédent record enregistré en 2014 était de 25 m3. Il n’est pas exclu que ce genre de risque continue de s’accentuer dans les années à venir. Quant au glacier de la Plaine Morte, il aura certainement disparu avant la fin du siècle.


Jul 24

Rupture d’un barrage au Laos : « c’était dans l’ordre des choses »

De nombreux morts, des centaines de disparus, des milliers de personnes sans abri : c’est le bilan provisoire de l’inondation catastrophique causée dans le sud du Laos par la rupture d’un barrage hydroélectrique en construction sur la rivière Xe-Namnoy. Suite à des pluies torrentielles de mousson, quelque cinq milliards de mètres cubes d’eau – soit douze fois le volume du barrage de la Grande Dixence - se seraient déversés dans la vallée, dévastant plusieurs villages. Dans le journal français Libération, un expert explique pourquoi, dans ce pays où l’hydroélectricité est devenue une composante majeure de sa croissance économique, la question n’était pas de savoir si un tel accident était prévisible, mais quand il allait se produire : "une telle défaillance était dans l’ordre des choses".

- Sur le même constat, voir aussi, dans le journal Le Temps :
"Rupture d’un barrage au Laos : chronique d’un drame annoncé."


Chargement en cours...


Contact Lettre d'information