Accueil

Bloc-Notes

Informations en bref et en vrac


Informations en bref et en vrac


54
Aug 29

Coût de l’accès universel à l’eau : 150 Mia USD par an

150 milliards de dollars devraient être dépensés chaque année au niveau mondial pour atteindre d’ici 2030 l’objectif de développement durable relatif à l’accès à des services d’eau et d’assainissement durables. C’est quatre fois plus que ce que les États n’investissent actuellement dans l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène. Ce chiffre, avancé dans un nouveau rapport de la Banque mondiale publié à Stockholm dans le cadre de la Semaine mondiale de l’eau, paraît irréalisable pour la plupart des pays qui doivent changer radicalement leur façon de gérer les ressources et de fournir les services de base : "Pour commencer, ils doivent mieux cibler les bénéficiaires pour être sûrs d’atteindre les populations qui ont le plus besoin de ces services et rationaliser l’utilisation des ressources afin d’assurer la pérennité et l’efficacité des services publics."


Aug 28

"S’adapter aux changements climatiques"

Le numéro 3/2017 du magazine "Environnement" publié par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) propose un dossier sur l’adaptation aux changements climatiques. On y explique, entre autres, le double effet qu’ils peuvent avoir dans le domaine de l’eau, à savoir la raréfaction de la ressource en raison de sécheresses plus fréquentes et durant ces mêmes périodes une demande qui augmente fortement, notamment à cause des besoins d’irrigation. La concurrence pour l’eau pourrait alors être rude entre ses différents usagers. Selon l’OFEV, il existe deux moyens pour atténuer l’impact du changement climatique sur les cours d’eau : la revitalisation des milieux aquatiques et une gestion économe de l’eau. Un projet pilote mené dans le canton de Bâle-Campagne a par exemple défini une vingtaine de mesures à prendre, à différents niveaux, lorsque l’eau vient à manquer. Voir le magazine >


Aug 15

Sept exemples de revitalisations de cours d’eau réussies

En Suisse, près d’un quart des cours d’eau ont presqu’entièrement perdu leur aspect d’origine. La loi sur la protection des eaux, en vigueur depuis 2011, exige que quelque 4’000 kilomètres de tronçons de rivières dégradés soient libérés de leurs endiguements, remodelés et "revitalisés" pour qu’ils puissent remplir leurs fonctions naturelles. Une nouvelle publication diffusée par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) montre à l’aide de sept exemples concrets comment des cantons et des communes ont mené à bien ces revitalisations. Elle explique les facteurs qui ont contribué à la réussite de ces projets ainsi que les éventuels obstacles qui doivent être surmontés.

- La brochure "Valoriser les cours d’eaux et les lacs - Pour l’être humain et pour la nature" (32 pages) est disponible sur le site de l’OFEV


Aug 14

Le Rhin sous toutes ses facettes

Le Rhin va nettement mieux qu‘il y a 30 ans. Grâce surtout aux programmes développés par la Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR) qui regroupe les neuf États de son bassin versant. Celle-ci vient de publier une brochure grand public qui récapitule quelques faits plutôt réjouissants : la qualité de l‘eau du fleuve s‘est globalement améliorée et les rejets industriels et urbains indésirables y sont en baisse ; sa continuité écologique a été quelque peu restaurée et les poissons migrateurs, tel le saumon, peuvent remonter son cours jusqu‘au sud de Strasbourg ; les mesures prises pour redonner plus d‘espace au fleuve ont des effets bénéfiques sur son écosystème et les risques d’inondations y sont mieux prévisibles.

- Télécharger la brochure « Le Rhin sous toutes ses facettes »
- Voir le film de présentation de la CIPR (8:46)


Aug 9

France : un plan d’actions pour mieux gérer la ressource en eau

Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, et Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, proposent des actions concrètes pour préserver durablement les ressources en eau en particulier en période de sécheresse. Il s’agit, d’une part, d’encourager "la sobriété des usages et l’innovation" (sensibilisation aux économies d’eau, maintenance des réseaux, efficience de l’irrigation, stockage hivernal de l’eau, recherche scientifique pour le développement de nouvelles solutions), et d’autre part, de faire émerger, dans l’ensemble des territoires, des solutions adaptées aux besoins et aux contextes locaux.

- Voir la présentation officielle >


Chargement en cours...


Contact Lettre d'information