Accueil

Bloc-Notes

Informations en bref et en vrac


Informations en bref et en vrac


87
Jul 28

Vidange record du lac des Faverges

C’est un événement que les habitants de la Lenk, dans l’Oberland bernois, redoutent désormais chaque été lorsque le lac des Faverges, situé sur le glacier de la Plaine Morte, libère soudainement ses eaux dans la Simme. Alimenté par une fonte des glaces de plus en plus marquée par le réchauffement climatique, le lac voit alors son volume monter régulièrement et rapidement jusqu’au moment où il se vide brusquement par un chenal formé naturellement sous le glacier. Le vendredi 27 juillet 2018, l’alarme a été donnée par les installations de surveillance, un restaurant et un camping ont été évacués de façon préventive. En quelques heures, ce sont quelques 2 millions de mètres cubes d’eau qui se sont déversés dans la vallée et la station de mesures de la Lenk a enregistré un débit record de 94,5 m3 par seconde. Par comparaison, le débit moyen normal de la Simme à cet endroit durant les mois d’été est d’environ 5 à 6 m3 et le précédent record enregistré en 2014 était de 25 m3. Il n’est pas exclu que ce genre de risque continue de s’accentuer dans les années à venir. Quant au glacier de la Plaine Morte, il aura certainement disparu avant la fin du siècle.


Jul 24

Rupture d’un barrage au Laos : « c’était dans l’ordre des choses »

De nombreux morts, des centaines de disparus, des milliers de personnes sans abri : c’est le bilan provisoire de l’inondation catastrophique causée dans le sud du Laos par la rupture d’un barrage hydroélectrique en construction sur la rivière Xe-Namnoy. Suite à des pluies torrentielles de mousson, quelque cinq milliards de mètres cubes d’eau – soit douze fois le volume du barrage de la Grande Dixence - se seraient déversés dans la vallée, dévastant plusieurs villages. Dans le journal français Libération, un expert explique pourquoi, dans ce pays où l’hydroélectricité est devenue une composante majeure de sa croissance économique, la question n’était pas de savoir si un tel accident était prévisible, mais quand il allait se produire : "une telle défaillance était dans l’ordre des choses".

- Sur le même constat, voir aussi, dans le journal Le Temps :
"Rupture d’un barrage au Laos : chronique d’un drame annoncé."


Jul 3

L’Europe est encore loin du "bon état" de ses eaux

Selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE), 40 % seulement des lacs, rivières, estuaires et eaux côtières de l’Union européenne sont dans un « bon » ou « très bon » état écologique, cela malgré les progrès réalisés au cours des dernières décennies en matière de qualité environnementale. Le nord de la Scandinavie, l’Écosse et l’Estonie, ainsi que la Slovaquie, la Roumanie et plusieurs régions méditerranéennes présentent des eaux de surface en meilleur état, proportionnellement parlant, qu’en Europe centrale où la densité de la population est plus forte et l’agriculture plus intensive. Dans la plupart des États membres, l’état chimique médiocre des eaux de surface est dû à quelques substances indésirables, la plus fréquente étant le mercure.


Jun 23

Ploc, ploc, ploc ...

Grâce à trois chercheurs anglais de l’Université de Cambridge et à l’étude qu’ils viennent de publier dans la revue Scientific Reports, on en sait désormais un peu plus sur le son finalement exaspérant de la goutte d’eau qui tombe du robinet sur une surface d’eau : ce n’est pas la goutte d’eau en elle-même qui génère ce bruit lorsqu’elle tombe à la surface du liquide, mais l’oscillation d’une petite bulle d’air créée lors de l’impact sur la surface qui réagit comme une enceinte acoustique. L’énigme de cette mécanique sonore mesurée dans l’eau et dans l’air serait donc résolue : au moment de l’impact, il se forme une sorte de cavité, puis l’émission d’un petit jet de liquide et la création d’une bulle d’air. Et ploc … !


Jun 8

La Méditerranée, bientôt mer de plastique ?

"La mer Méditerranée se transforme en un dangereux piège de plastique, avec des niveaux record de pollution qui mettent en danger les espèces marines et la santé humaine." C’est le constat que pose un nouveau rapport du WWF publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’océan. Selon cette organisation écologiste internationale, on compterait sur les plages et en surface de la Grande Bleue 1,25 million de fragments de plastiques de moins de 5 mm par km carré, soit près de quatre fois plus que dans “l’île de plastique” du Pacifique Nord. En cause : une production et une consommation excessives, une mauvaise gestion des déchets et le tourisme de masse. Le WWF réclame entre autres la signature d’un accord international juridiquement contraignant pour mettre fin au déversement du plastique dans les océans et pour faire en sorte que 100% du plastique soit recyclable et réutilisable d’ici 2030. Autres objectifs : l’interdiction de tous les plastiques à usages uniques et des investissements pour l’innovation et la création de plastiques écologiquement compatibles.


Chargement en cours...


Contact Lettre d'information